Conseil #2: Donne-lui ton numéro, ne prends pas le sien !

Posté le 13/12/2012 par dans Les chroniques des Gastons

Les Chroniques des Gastons continuent avec aujourd’hui un conseil qui peut faire la différence en matière de séduction drague: Donne-lui ton numéro, ne prends pas le sien! La #TeamGaston s’est engagée auprès de vous, pour vous apporter des conseils de séduction basées généralement sur notre vécu, mais également sur du bon sens. Après le Conseil #1: tu as 3 secondes pour l’aborder!, ne loupe pas la nouvelle chronique!

J’avais 22 ans, cette fille et moi étions en phase de flirte. On se plaisait, on le savait, mais on ne le s’avouait pas. De longues discussions sur MSN (tu l’avais oublié celui-là, hein?), des textos, des regards échangés à la pause clope, des discussions pas vraiment dans les yeux par pudeur, mais ces derniers brillaient de toute évidence. Qu’elle est excitante cette étape, mais bon sang, qu’est-ce que ça dure parfois! Allez, il faut se lancer, il faut que l’un des deux fasse le premier pas. Oui et en général, nous les mâles avons cette lourde tâche. Sauf que je traînais, je n’étais pas sûr, j’avais peur de ce fameux râteau.

J’avais quitté Paris quelques jours pour aller voir de la famille en province et, alors que j’étais en bonne compagnie, mes yeux étaient rivés sur l’écran de mon samsung à clavier rétractable, mes doigts lui écrivant frénétiquement des textos peu profonds, mais tellement essentiels pour moi. Bref, j’étais à fond. Autour de la table, ce mec, il avait 33 ans, artiste de la séduction (et surtout de la chope), il me regarde avec de la peine, puis fronce ses sourcils et il me donna ce conseil certes basique, mais qui est devenu décisif:

- « Mec, arrête tes conneries, tu lui dis qu’elle te plaît clairement, mais arrêtes de tourner autour du pot!
– Oui, mais je n’ose pas. Et si elle ne veut pas, ça gâcherait tout
– Ok, tu sais quoi, tu vas lui donner le pouvoir, ça sera à elle de te proposer
– anh-anh, mais comment?
– On va accélérer le processus, et ça sera elle qui sera demandeuse: tu lui dis que tu l’appelles Vendredi (nous étions Mercredi). Mais, tu ne l’appelleras pas! Et tu ne l’appelleras en fait jamais! Tu rentres Samedi c’est ça hein? Et bien tu verras si elle te veux ou pas. Elle te fera signe, et tu sauras. »

C’était assez difficile à faire pour moi, mais j’ai appliqué son conseil à la lettre. Comme si tout avait déjà été planifié, elle m’appela Samedi. Se plaignit de ne pas avoir eu de mes nouvelles et me proposa de se voir. La suite était logique, elle avait fait la demande, j’étais sûr que je lui plaisais, et nous sommes sortis ensemble.

Ce qu’il faut retenir de cette histoire c’est que: les femmes ont tendance à attendre que l’homme fasse le premier pas, puisque c’est souvent le cas. Sauf que, en brisant ce schéma, en leurs donnant le pouvoir, nous les Gastons on se retrouvent en position de force. Elles deviennent obligées de faire le premier pas, et lorsqu’elles le feront, vous saurez que c’est à 80% gagné (selon une étude INSEE si-si)! Cela vous donne toute la confiance dont vous pourriez manquer.

Et là, vous vous demandez sûrement: mais pourquoi tu titres ton article « Donne-lui ton numéro, ne prends pas le sien » ? Wowowo, minute papillon, j’y arrive!

Si vous avez compris que le but de la chronique, l’intérêt de mon récit, était de vous faire comprendre qu’il pouvait être bénéfique de donner le pouvoir à la femme, je vous donne un conseil assez facile à appliquer: donne-lui ton numéro, ne prends pas le sien!
Mais oui, tu l’as rencontré en apéro, dans un bar ou en boite. Vous avez eu le temps de parler, de faire un peu connaissance, de danser ensemble, voire même de filter, il ne te reste plus qu’une étape, la prise de contact. Le fameux « on se revoit? » souvent remplacé par « je peux prendre ton numéro? » … il peut être optimisé. En effet, lorsque nous récupérons le numéro d’une Gastonne, nous nous posons toujours les fameuses questions: « Je l’appelle demain matin? Demain après midi? Non attends ça fait crevard! Après-demain? Dans une semaine? Non mais ça fait un peu genre je m’en fous! » (avoue ça t’est arrivé). Il y a pourtant une technique assez simple pour éviter toutes ces interrogations: donne lui ton numéro! Tu lui diras « je te donne mon numéro, tu m’appelleras si tu veux me revoir » *. POINT!

Les avantages de cette manœuvre:

- tu ne te demanderas pas quand l’appeler
- tu ne prends pas beaucoup de risque
- et SURTOUT, si elle t’appelle, ou même si elle ne fait qu’envoyer un texto, tu sais que ce n’est que positif, elle est intéressée. Tu as désormais toutes les armes entre tes mains pour assurer la suite.

Je précise tout de même que, cette technique n’est pas la panacée. De plus, si cette fille te plait vraiment, si tu sens dès la première rencontre qu’elle est faite pour toi, si ton coeur bat la chamade, oublie tout ce que je viens de te dire car le cœur a ses raisons que les Gastons ne doivent pas ignorer!

Allez, testez cette technique et partagez votre expérience avec nous. N’oubliez pas de ne pas trop donner votre numéro comme un VRP, car si vous n’arrivez plus à mettre un visage sur un prénom vous êtes foutus … ou alors vous avez trop de succès! ;)

* non je t’en supplie ne fais pas la blague « here is my number, so call me maybe », je ne ris pas, ce n’est pas drôle.

Chronique assumée par Loris Bernardini

Categorie : Les chroniques des Gastons

Loris Bernardini

"- Co-fondateur & Rédacteur en chef - Un Corso-Martiniquais qui puise sa force dans son métissage. Expert en Marketing Digital et blogueur depuis 10 ans, il souhaite exprimer ses passions à travers YesGaston. Cet übersexuel affirmé assume ses règles de conduite: respect, galanterie et ne jamais se prendre au sérieux. Sa mission pour les Gastons: "Les tirer vers le haut, les baskets toujours au sol""

Voir tout ses articles
L'auteur :
Cet article vous a plu ?

Vous kifferez aussi